NOS LIEUX DE MEMOIRE !

 

monumentauxmorts

 

 11 novembre

 

 

 

 

 

arbre jericho

 

 

 

 

 

  

cadets

 

 

LE MONUMENT AUX MORTS

 

Devenue indépendante le Ier Janvier 1923, la commune de Fort-Mahon-Plage décide le 22 février 1930 avec l'association des Anciens Combattants locaux, dont M.PINEGRE était le Président, de construire un monument en, mémoire des enfants de la commune tombés pendant la  première ere Guerre Mondiale. C'est sur la place des sapins, carrefour central de la ville, appelé aujourd'hui carrefour du "Rond-Point" que commencent les travaux en avril 1933 et l'inauguration aura lieu le 25 juin. C'est en présence de M. le Sous-Prefet, de la Municipalité, des Sapeurs Pompiers, de la "LYRE" Fort-Mahonnaise et de très nombreux anciens poilus , que M. PHILIPPO, Maire de la Ville, prononça le discours d'inauguration. A cette occasion, M. GRENU Gabriel (Poilu) au I28eme RI, grand mutilé de guerre, s'est vu remettre la CROIX de la LEGION d'HONNEUR par M. PHILIPPO.Les bas-reliefs de l'édifice représentent les combattants sur le Champ de Bataille pour la partie droite, et l'éxode des civils ainsi que des femmes portant des paniers dont le contenu servait à la fortification de la ville, pour la partie gauche. De nombreux noms y figurent pour 1914/1918, mais également 1939/1945. A la Libération, la Commune de Fort-Mahon-Plage reçut la CROIX de GUERRE 39/45. Plus récemment encore, face à ce monument se situe le "SQUARE DES ANCIENS COMBATTANTS d'A.F.N". Depuis le 3 JUIN 2000, les Anciens Combattants ont également repris leur indépendance, en recréant leur section locale des AC.PG-CATM TOE et Veuves de la SOMME.

 

 

L'ARBRE DE JERICHO ET LE MONUMENT INTERREGIONAL DE LA RESISTANCE

 

Situés 659, rue de Quend dans une propriété privée, mais accessibles au moment des cérémonies ou sur visites accompagnées. Au fond de "la prairie des ombres", se dresse l'arbre dit "de Jéricho", une curiosité naturelle, un saule en forme de coupe constitué de huit troncs équilibrés, résultat émergé d'une destruction punitive effectuée par l'occupant allemand. Devant l'arbre, le Monument interrégional de la Résistance (Normandie-Picardie), constitué d'une statue en bronze, allégorique, représentant un personnage sortant étiré d'un linceul et s' élevant les bras tendus en forme de V, évoquant l'immortalité. Il comporte deux dédicaces : à gauche : aux résistants, patriotes, et victimes de l'occupation nazie et à droite : souvenir de l'opération Jéricho et de ses conséquences. L'ensemble évoque des événements primordiaux, avant leur origine à Fort-Mahon, et ayant conduit au débarquement de Normandie et à la Libération du sol national.

 

 

LE MONUMENT DES CADETS DE LA FRANCE LIBRE

 

Erigé à l'extrémité de la digue sud, adossé à un blockhauss allemand, c'est une pierre levée en granit, tournée vers le large et l'Angleterre, invisible derrière la ligne d'horizon. Le Monument commémore l'exploit héroïque de cinq jeunes fort-mahonnais qui, échappant à la surveillance des troupes d'occupation allemande et répondant à l'appel du Général de Gaulle, rallient l'Angleterre en septembre 1941 à bord de deux frêles canoës. Exploit autant héroïque que sportif, ils arrivent épuisés aux côtes amies, et sont reçus en grande pompe par le Général de Gaulle et par le Premier Ministre Winston Churchill, portés par la vague de l'enthousiasme du peuple anglais et des français libres. Leurs noms : Reynold LEFEBVRE, Christian et Guy RICHARD, Jean Paul et Pierre LAVOIX, ils vont entrer à l'école des Cadets de la France Libre et participer aux combats aux côtés des alliés jusqu'à la libération. L'un d'entre eux Reynold LEFEBVRE sera tué en janvier 1945 dans les rangs de la Ière DFL.

 

Cinéma "Le Vox"

Cinéma le Vox